Implantologie dentaire – tout savoir

Pour faire simple, l’implantologie dentaire est une technique utilisée par les dentistes pour reconstituer entièrement une dent manquante. Certes, c’est une pratique moderne, mais elle est encore peu connue, et surtout peu pratiquée par les praticiens dans les cabinets dentaires en France. Ce retard est principalement expliqué par le manque de remboursement. Zoom sur les points importants à savoir.

Qu’est-ce que l’implantologie ?

Comme déjà précisé ci-dessus, l’implantologie est une technique utilisée par le chirurgien dentiste pour poser des implants dentaires. C’est une branche de la médecine dentaire qui peut être pratiquée par un dentiste, un spécialiste de la parodontologie et les professionnels de la chirurgie Maxillo faciale, et bien d’autres praticiens.

A noter que la dent naturelle se compose de deux parties : la couronne, qui est la partie visible, et la racine ; située sous la gencive. L’implant joue donc le rôle d’une racine artificielle. Une fois vissé dans l’os de la mâchoire, il peut recevoir une prothèse composée d’une ou de plusieurs dents de remplacement. C’est un travail qui doit être pris en charge par un spécialiste.

Pour rappel, les implants sont généralement fabriqués à partir du titane ou de la céramique.

Pourquoi recourir à l’implantologie ?

Une dente manquante peut posée un risque accru de caries et une perte de l’engrènement naturel des dents. Nous ne remplaçons pas une dent uniquement pour le besoin esthétique !

Or, il faut savoir que l’implant à lui seul ne peut pas remplacer la dente manquante. Un pilier doit être installé sur celui-ci. Si le patient n’a qu’une dente naturelle manquante, le chirurgien utilise une couronne artificielle simple. S’il doit remplacer plusieurs dents, il peut utiliser des prothèses ou plusieurs couronnes distinctes.

Les types d’implants

Il existe plusieurs types d’implants. Il peut être conique, cylindrique, ou sous forme de disque ou de lame, etc.

En général, les spécialistes évoquent deux principaux types d’implants, à savoir ; un modèle en métal qui permet de maintenir la dent, puisqu’il est directement implanté dans la mâchoire, et un autre en subperiosteal, qui se pose sous la gencive pour soutenir la prothèse. Cette dernière solution est conseillée aux personnes ayant une mâchoire basse ou fine.

Les avantages des implants dentaires

Comparé aux autres traitements pouvant être proposés par les spécialistes, la pose des implants dentaires est une solution qui offre au patient de nombreux avantages. En voici quelques-uns :

  • Le patient peut mettre en place des prothèses fixes ou amovibles ;
  • Les implants sont confortables et discrets, et ne causent donc aucun frottement désagréable ou un mouvement sur la gencive ;
  • Les spécialistes n’utilisent aucun adhésif pour tenir les prothèses;
  • C’est une solution qui offre une meilleure stabilité, et facilite donc la mastication et l’élocution du patient ;
  • Une technique qui permet de répartir les forces masticatoires, et renforce le maintien du volume de l’os alvéolaire ;
  • Le patient n’est pas obligé de modifier la forme des dents ou de perdre une partie de l’émail ;
  • Vous aurez le sentiment d’avoir des dents « naturelles » ;
  • Vous ne devez les remplacer que rarement. C’est une solution fiable et pratique sur le long terme ;
  • Et la bonne nouvelle : la couronne artificielle et l’implant ne pourront pas être affectés par la carie dentaire ;

Certes, le coût de l’opération peut être élevé, mais il faut savoir que cela vaut vraiment le coup. Cet investissement est très bien réfléchi, car vous ne serez plus obligé de les remplacer de façon régulière. Selon les spécialistes, la durée de vie d’un implant dépasse les 15 ans, sachant qu’il peut rester en place durant toute la vie du patient. A noter que la longévité dépend de la manière dont a été faite l’opération de chirurgie dentaire. Le choix du professionnel doit donc être fait avec soin !

Les contre-indications

Pour mettre en place un implant, une condition principale se pose : le patient doit avoir un os en bon état. Mais nous précisons qu’il existe certaines techniques pouvant pallier le manque au niveau de la partie osseuse, notamment les greffes d’os et les comblements des sinus, etc.

Parmi les autres contre-indications existantes, nous citons :

  • Le diabète ;
  • Certaines allergies ;
  • L’hypertension ;
  • Le tabagisme ;
  • Les maladies valvulaires ;
  • L’insuffisance rénale ;

Une intervention sous anesthésie locale

Ne vous en faites pas ! L’installation des implants dentaires est une intervention chirurgicale qui se fait dans un cabinet dentaire sous anesthésie locale.

Plusieurs spécialistes sont qualifiés pour prendre en charge cette intervention, notamment ; les chirurgiens dentaires, les chirurgiens buccaux, les spécialistes en maxilo faciale, les parodontistes et bien d’autres. Ils doivent obligatoirement suivre une formation approfondie dans la pose d’implants dentaires pour accomplir cette mission selon les règles de l’art.

La pose d’implants 

Avant de poser un implant, le chirurgien prend en compte certains points, notamment le type d’implant à installer et la dent à remplacer. Certaines interventions nécessitent deux ou trois séances, sachant que la couronne ne peut être mise en place qu’après plusieurs mois de cicatrisation, alors que d’autres peuvent être implantés en une seule séance, avec une couronne provisoire.

Après les examens cliniques menés, la pose se fait en trois étapes :

  • Tout d’abord, le dentiste doit inciser la gencive, puis préparer un logement dans l’os où mettre l’implant. Au niveau de la même séance, il referme la gencive et laisse se réaliser les cicatrisations osseuses;
  • Au bout de six semaines à six mois, le spécialiste installe un pilier en titane ;
  • Lors de la troisième séance, il visse l’implant et place la couronne ;

Les nouvelles méthodes de pose

A noter qu’il existe de nouvelles méthodes expérimentales pour poser les implants dentaires. Nous parlons essentiellement de la Flapless, qui est moins invasive car le spécialiste n’ouvre pas la gencive pour poser l’implant, et ne réalise donc pas des points de suture après l’intervention. Dans ce cas, le chirurgien se contente de réaliser une ouverture de forme circulaire de la taille de l’implant. Le patient conserve donc ses papilles et sa gencive sera moins touchée. Toutefois, il faut savoir que cette méthode n’est pas destinée à toutes les personnes. Pour qu’elle soit possible, le patient doit obligatoirement avoir une mâchoire suffisamment haute et large.

L’utilisation de la robotique est une autre méthode expérimentée actuellement par de nombreux dentistes. Le spécialiste pourra donc planifier l’intervention et suivre le forage et la pose de l’implant en direct. D’ailleurs, cette technique est de plus en plus utilisée dans la chirurgie cardiaque ou orthopédique, et devrait sans doute s’imposer dans le domaine dentaire.

Le coût des implants dentaires

Pour avoir une idée claire concernant le tarif du traitement, il faut savoir que la pose d’implants est séparée en deux catégories :

  • Le coût de la chirurgie : à ce stade, le dentiste insère les implants et les piliers dans la mâchoire du patient ;
  • Le coût de la restauration prothétique: c’est-à-dire, la mise en place de la prothèse (ou de la couronne) qui s’attache au pilier de l’implant ;

En France, le prix moyen d’un implant varie entre 1 300 et 1 500 euros environ, sachant qu’il peut atteindre les 2 500 euros, voire plus. Le tarif annoncé par les spécialistes dépend de plusieurs points, notamment le prix de l’acte prothétique, le plateau technique utilisé par le professionnel, etc.

Avant de prendre votre décision finale, n’hésitez pas à demander un devis de vos soins dentaires, afin d’avoir une idée claire concernant le prix final à payer !

Pour éviter les mauvaises surprises, le devis doit comporter tous les détails, à savoir ;

  • Le prix de l’implant et du pilier ;
  • Le coût de la vis de cicatrisation sur implant ;
  • Le tarif de la prothèse dentaire choisie ;
  • Sans oublier le prix de la mise en fonction et de l’intervention chirurgicale. Cette dernière comprend la greffe, l’extraction, le curetage, etc.

A noter que le prix peut également varier en fonction de la marque privilégiée par le dentiste, le type de prothèse utilisée, le matériau… et surtout les attentes du patient.

Quel remboursement pour les implants ?

Malheureusement, cette opération n’est pas remboursée par la Sécurité Sociale, sachant que les appareils amovibles et les bridges le sont. Toutefois, il faut savoir qu’il existe certaines mutuelles qui remboursent partiellement le traitement. N’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre prestataire !

De plus, nous précisons que le remboursement de l’implant dentaire n’est pas prévu dans la réforme 2020 qui prévoit de rembourser 100% les soins dentaires.

Savoir s’adapter à l’implant

Il est fortement recommandé d’avoir une bonne hygiène bucco-dentaire. De plus, il est conseillé de vous rendre régulièrement chez le praticien pour garder votre implant en bonne santé, ainsi que vos dents naturelles. Le spécialiste peut vous donner des conseils très précieux et vous recommande d’utiliser des brossettes interdentaires et un bain de bouche pour prévenir le risque d’inflammation gingivale.