L’essentiel à savoir sur le bridge

Le bridge figure parmi les prothèses dentaires utilisées par les dentistes. Il sert à remplacer des dents manquantes. On l’appelle aussi prothèse dentaire fixe ou prothèse conjointe.Cette prothèse a ses avantages et ses inconvénients qu’il faut connaître avant de procéder à sa pose. Découvrez lesquels !

Le bridge, c’est quoi ?

C’est une prothèse conçue pour remplacer une ou deux dents manquantes. Comme il a été mentionné auparavant, elle n’est pas amovible. En fait, le bridge s’appuie sur deux dents adjacentes, baptisées « dents-piliers ». Avant d’opter pour cette solution, le dentiste vérifie d’abord que ces dernières sont saines et solides.

Le bridge est donc une combinaison de trois éléments. Le premier, c’est l’inter. C’est le composant qui va remplacer la dent qui manque. Puis, il y a les deux piliers. Notons que si un patient a perdu plusieurs dents qui se situent sur une arcade, c’est-à-dire au même endroit, le recours au bridge n’est pas très conseillé. Une prothèse dotée d’une grande portée risque de se casser facilement.

Les atouts et les inconvénients

L’avantage majeur du bridge, c’est qu’il est très esthétique. En général, le dentiste veille à ce qu’il soit en harmonie avec les dents naturelles pour qu’il soit invisible. Et puisqu’il s’agit d’une prothèse fixe, il garantit également une meilleure hygiène dentaire. En effet, il est plus facile d’en prendre soin.

Il faut ajouter dans la liste des atouts de cette prothèse, le confort qu’il garantit au porteur. Sachez que le bridge peut remplacer le rôle de la dent qu’il remplace. Cela signifie qu’on peut l’utiliser pour mâcher. Sa durée de vie est assez large si le patient a une bonne hygiène dentaire. Elle peut aller jusqu’à 20 ans.

Concernant les inconvénients, il faut citer en premier lieu son coût onéreux. Il est important de souligner que le bridge doit comporter trois couronnes. Or, seule une couronne est remboursée. Par ailleurs, pour que les dents voisines puissent servir de piliers, il faut les limer, ce qui pourrait les fragiliser. Enfin, notons que l’absence de la racine engendre la rétractation de la gencive.

La pose du bridge en quelques lignes

Pour effectuer la pose, le dentiste commence par limer les dents-piliers. Parfois, il faut les dévitaliser. C’est au praticien d’évaluer la nécessité de cette démarche. La prochaine étape consiste à prendre l’empreinte dentaire. Elle permettra au prothésiste de fabriquer le bridge. C’est ensuite que la pose de la prothèse peut avoir lieu.

Pour limiter la réduction de la masse des dents-piliers, une solution est à envisager. Il s’agit de la pose de bridge à ailettes. Dans tous les cas, c’est au chirurgien-dentiste de prendre la décision adéquate en fonction de l’état des dents voisines et des besoins du patient.